Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Oléum primum arborum -  (l’olivier est le premier des arbres)


Les racines de l'olivier, tout comme celles de la vigne ou du blé, ont été baignées dans la mémoire de l'homme, mêlant étroitement religions, superstitions, mythes et bienfaits. L’olivier symbolise la Paix et la Sagesse, la Force et la Fidélité.


SES ORIGINES : Le berceau de l'olivier doit se situer en Asie mineure où il était cultivé sous une forme primitive au début du néolithique. La paléobotanique a permis de reconstituer les premiers aliments de l'âge de bronze en identifiant aussi bien des grains de raisins, des céréales et des noyaux d'olives. L'olivier pourrait avoir été mis en culture au Proche-Orient dans un secteur comprenant la Syrie, la Palestine et la Phénicie.

Les fouilles archéologiques ont mis à jour des fresques et des jarres témoins d'une intense activité liée à la culture de l'olivier et au commerce de son huile en Crête et sur les rivages Egéens dès le 3ème millénaire..C'est vers 1500 ans avant J.C. que la culture de l'olivier est introduite en Egypte comme l'atteste la découverte de couronnes de feuilles d'olivier dans les tombes. Au 6ème siècle avant J.C. les premiers colons Phocéens installent leurs comptoirs sur la côte méridionale créant ainsi Massilia et initient les habitants du Narbonnais à lat aille de la vigne et de l'olivier. Récemment, des marqueurs génétiques ont permis de reconstituer l’histoire de cet arbre - de l’oléastre sauvage à l’olivier cultivé - et de comprendre l’origine, l’adaptation et la diversité des variétés.

Les variétés d’olivier actuelles sont originaires du Bassin Méditerranéen et, pour quelques-unes d’entre elles, d’Asie. Lors de la colonisation européenne, l’olivier a été importé en Amérique du Sud et du Nord, en Afrique du Sud, au Japon et en Australie par les Espagnols et les Portugais. Dans le Bassin méditerranéen, des études génétiques ont permis de retrouver les origines de la domestication à l’Est et à l’Ouest. Les variétés actuelles ont pour la plupart la base génétique de l’Est, correspondant aux flux migratoires de l’Est vers l’Ouest et à la diffusion par les Carthaginois et les Romains de variétés nées à l’Est.

Mais 30% des variétés actuelles présentent des marqueurs génétiques qui démontrent l’existence d’ancêtres sauvages (oléastres) qui, eux ne sont présents qu’à l’Ouest. Alors comment s’est faite l’adaptation ? Sans doute par la greffe de la variété introduite sur un porte-greffe local. La greffe est connue en Europe depuis 2200 ans. Elle ne modifie pas le patrimoine génétique du greffon, mais celui-ci bénéficie des propriétés du porte-greffe local : il est donc nécessaire, pour une bonne adaptation à long terme, que des croisements olivier/oléastre conduisent à des descendants qui se sélectionnent ensuite naturellement dans le milieu. La répétition de tels cycles croisement/sélection a probablement conduit à la remarquable diversité actuelle.


BOTANIQUE : L’olivier est un arbre de la famille des Oléacés. Son nom botanique est Oléa Européa.Il occupe la 24e place des 35 espèces les plus cultivées dans le monde. Il en existe 2000 variétés, dont 150 en France.C’est un arbre à feuilles persistantes qui se régénèrent tous les trois ans. L’olivier est un arbre dont la durée de vie est des plus longues.


SA CULTURE : L'olivier se plaît essentiellement dans la zone de climat méditerranéen, caractérisée par des hivers doux, des automnes ou des printemps pluvieux, des étés secs et chauds et une grande luminosité. Il supporte des sécheresses exceptionnelles et ne souffre pas d'une façon exagérée des vents violents. Son extension est limitée par le froid, car il résiste mal à des températures inférieures à 12°, 15° au-dessous de zéro. On le rencontre surtout entre le 25ème et le 45ème degré de latitude Nord.

Il est cultivé en France depuis des siècles dans les départements du Sud et s’étend dans tout le bassin Méditerranéen. On ne le rencontre au-dessus de Montélimar (France) qu’à des fins décoratives. L’engouement pour l’olivier au cours des dernières décennies et le réchauffement de la planète pourrait accroître sa zone de culture. L’olivier pourrait porter des fruits dans toutes les régions où la température ne descend pas au-dessous de moins dix degrés. L’olivier pousse là où rien d’autre ne pousse et offre l’ombre aux animaux et aux cultures, il prévient l’érosion des sols, préserve des incendies, assure un revenu à son propriétaire et façonne les paysages .


SOLS : L'olivier, arbre rustique par excellence, est indifférent à la nature du sol, mais il craint l'humidité. L'olivier peut être planté dans toutes sortes de sols, il est le plus souvent cultivé dans des terrains pauvres et secs, mais son exploitation dans des terrains riches (Californie) ou à l'arrosage (Espagne et Oranie) donne des résultats remarquables. Il faudra toutefois éviter les terrains argileux et trop humides pour ne pas risquer le pourrissement des racines. Lors de plantations dans des terrains argilo-calcaires on déverse au fond de chaque trou de plantation une couche (de 5 à 15 cm selon la taille du trou) de gros gravier qui fera l'effet d'un drain et évitera le trop plein d'eau. A éviter les zones particulièrement froides : bas-fonds, bord de rivière, altitude élevée (supérieure à 300 m d'altitude sauf microclimats particuliers).

Préparation :La préparation du sol destiné à recevoir les jeunes plants est très important. Pour de grandes surfaces de plantation il est conseillé de "défoncer" le terrain à au moins 0.50m à 1 m de profondeur. Creusez un trou de diamètre et de profondeur en proportion avec la taille de son système radiculaire.


CROISSANCE :  Sa croissance est dite lente, de 10 à 2O centimètres par an. Généralement, ne dépassant pas 3 à 4 mètres il peut atteindre non taillé de 10 à 15 mètres de haut. Sa multiplication  est complexe. L'olivier peut être cultivé en pot  pour l'ornement de vos jardins, terrasses et balcons,  qu'il soit de petite taille ou de grande taille.


BESOINS et ENTRETIEN : Ses besoins en eau sont faibles, sa taille et son entretien sont simples, sa résistance au froid est assez élevée. Il  peut être sensible à certaines maladies et certains parasites. L'excès en eau peut lui  être fatal dans des sols argileux ou limoneux. En effet, l' olivier n'aime pas avoir les pieds dans l'eau, cela peut provoquer le pourridié des racines. Il faut adapter l'apport en eau en fonction des conditions climatiques et de l'implantation géographique de l'arbre. Lors de sa plantation, une bonne préparation du trou peut remédier à un problème de drainage. Il suffit pour cela de mettre dans le fond du trou une couche de gros gravier (entre 5 et 15 cms). Dès qu'il atteint  1m60 environ commencer à le tailler chaque année au printemps. Couper les rameaux secs ou ayant donné des olives. Nettoyer la surface du sol des végétaux s'accumulant. Surveiller les feuilles et branches de votre olivier des parasites et maladies pouvant l'affecter.


LES  MALADIES  ET  PARASITES  DE  L’OLIVIER -         AUCUNE MALADIE, AUCUN  PARASITE  NE  MET  LA  VIE DE  L’OLIVIER  EN  DANGER 
sauf la VERTICILOSE qui n’est causée que par des plaies infligées aux racines par le travail de l’homme avec ses outils.

Pour les autres, un traitement préventif en pulvérisant de LA BOUILLIE BORDELAISE EST SUFFISANT en mars et septembre. Les insectes peuvent être traités avec un insecticide en cas d’attaque. En effet, la plupart sont cycliques, apparaissent et disparaissent selon la saison. Les traitements phytosanitaires pourraient donc être facultatifs, puisqu’il existe des arbres millénaires et centenaires qui ont survécu à des époques où ces traitements n’existaient pas. 
D’autre part,  plus l’olivier vieilli, moins il est vulnérable.
De plus, tous les oliviers n’attrapent pas forcément toutes les maladies. Il est d’ailleurs possible que votre olivier n’en attrape jamais aucune.


LA VERTICILOSE
 (Verticillium dahliae) :  Champignon microscopique qui vit dans la terre et se propage dans l’arbre par les racines lorsque la sève monte. On remarque un dessèchement des bois de l’année, des fleurs, feuilles et fruits qui ne tombent pas tout de suite. Elle n’est due qu’à des blessures occasionnées par les outils et n’atteint souvent que les jeunes plants trop arrosés et trop entretenus.

L’OEIL DE PAON OU CYCLOCONIUM : Maladie due à l’excès d’eau. Elle se caractérise par l’apparition de tâches brunes ou jaunes auréolées sur les feuilles. Elle s’élimine en supprimant les rameaux malades ou, au pire en pratiquant une taille sévère. Elle se traite facilement de manière préventive en pulvérisant de la Bouillie Bordelaise (sulfate de cuivre).

LA FUMAGINE, ou Noir de l’Olivier : Crytogame qui se caractérise par une poussière noire qui envahit  feuilles et bois. Si votre olivier est atteint de fumagine, pratiquez une taille  sévère et lavez en brossant la charpente et le tronc avec du savon de Marseille afin de supprimer cette poussière. On peut traiter de manière préventive en mars avec de la Bouillie Bordelaise. Elle se développe rarement sur les jeunes arbres.      

LA COCHENILLE : Insecte qui suce la sève de l’Olivier. Elle est facile à repérer car elle forme des capsules noires au dos des feuilles et sur les branches. Elle est cyclique et n’apparaît que lorsqu’il fait chaud et humide. Elle se développe surtout vers mai-juin et meurt ensuite en se desséchant. Ces capsules contiennent un suc appelé Miellat qui favorise le développement de la Fumagine. Elle s’élimine à l’aide de produits phytosanitaires mais on peut la traiter de façon préventive en pulvérisant de la Bouillie Bordelaise. Si vous apercevez une ou plusieurs de ces capsules noires, supprimez-les avec les doigts. Si votre olivier en est rempli, ayez de la patience. « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage ».

LA MOUCHE DE L’OLIVIER OU DACUS OLEA : C'est un insecte qui n’atteint que les olives. Lorsque l’olive est formée, verte vers le mois de juillet, il pique l'olive et pond des oeufs, une larve se dévelloppe et creuse des galeries, se transforme en chrysalide et donne ensuite naissance à un insecte adulte qui s’échappera à l’extérieur du fruit en y perçant un trou. Un traitement phytosanitaire au mois de juillet est nécessaire si on veut l’éliminer… Les olives atteintes par Le Dacus vont s’oxyder par pénétration de l’air dans les galeries creusées par l’insecte. Ces fruits donneront une huile au taux d’acide oléique trop élevé. La conservation de l’huile produite avec des olives atteintes sera impossible car elle contiendra un taux élevé de Piroxyde (oxyde contenant trop d’oxygène). Veillez donc à ne pas porter de telles olives au moulin !!

LE NEIROUN OU CHIRON ou scolyte de l’olivier : C'est un petit coléoptère qui fait des trous et des galeries sous l’écorce de l’olivier. Il est facilement repérable, on aperçoit de petits amas de sciure. Il s’attaque surtout aux arbres affaiblis. En cas d’attaque taillez et détruisez les rameaux atteints.

L’OTIORRYNQUE est rare : C’est un insecte qui ne ronge en demi-cercle que les jeunes feuilles de l’Olivier. Il attaque la nuit, il peut être piégé en posant un anneau de glu sur le tronc.

LE THRIPS : C'est un insecte qui ne déforme que les feuilles, les boutons floraux, les jeunes pousses et les jeunes olives. Il ne se développe que durant les grosses chaleurs

LA TEIGNE : Elle ne s’attaque qu’aux feuilles, fleurs et fruits de l’olivier. C’est un papillon à trois générations : la génération Phyllophage : au début du printemps ses chenilles rongent les bourgeons terminaux ; la génération Anthophage : au printemps, les organes de la fécondation des fleurs sont rongés par les chenilles, les fleurs avortent et les petits fruits tombent ; la génération Carcophage : en été, l’insecte pénètre les olives et pond ses œufs qui donnent naissance à une femelle.
Elle peut être traitée préventivement en Mars à l’aide d’insecticide.

LA PSYLLE : C'est un insecte dont les larves consomment la sève de l’olivier et sécrètent une matière blanche cotonneuse (sans danger).


La PYRALE DU JASMIN :
 C'est un insecte qui ne consomme que les jeunes feuilles de l’olivier.

 

LA TAILLE DE L’OLIVIER : La taille de l’olivier est simple.  Nous distinguerons ici quatre types de taille.
La taille de l'olivier est nécessaire pour favoriser sa fructification mais aussi pour éviter la propagation des parasites. On peut pratiquer une taille d'entretien tous les ans et une taille de fructification tous les 2 ou 3 ans.

TAILLE ESTHETIQUE -

        Si la fructification de votre olivier vous importe peu, pratiquez une taille purement esthétique. Pratiquez la taille de l’olivier vers février-mars après les grands froids et avant l’apparition des premières fleurs. La fleur de l'olivier est très petite de couleur blanche et apparaît vers mai-juin selon les variétés.Supprimez les rejets qui ont poussé au pied de votre olivier,  taillez les branches qui tombent vers le sol. Evidez le cœur de l’arbre, taillez les branches qui poussent à l'intérieur en conservant les branches maîtresses (charpente) ce qui favorisera la circulation de l’air, donc sa pollinisation et sa fructification

La taille de l'olivier en boule : La taille de l'olivier en boule est à proscrire. L'olivier ne se prête en aucun cas à l'art topiaire. Que votre olivier soit en pot ou en terre, il doit ressembler à un olivier et non à un buis taillé en boule. Si vous tailler l'olivier de cette façon, il sera mal ventilé, la cochenille s'y développera facilement, sa fructification sera amoindrie car le pollen aura du mal à se disperser sur les fleurs, le pollen sera alourdi par l'humidité,  vous aurez peu de chance d'y voir de jolies olives. Lorsque vous tailler un olivier, qu'il soit destiné à la fructification ou à la décoration, qu'il s'agisse
d'un olivier en pot ou en terre dans votre jardin, il faut dans tous les cas évider le centre de l'olivier et pratiquer la taille suivante :

TAILLE DE FORMATION ou TAILLE EN GOBELET -

La taille de formation est importante. C’est la réussite de cette première taille qui conditionnera la forme de votre arbre.  Sur le jeune plant, pratiquez la taille de l’olivier en supprimant tous les ans les pousses le long du rameau central afin de former le tronc. Conservez toutes les branches de tête qui serviront à former la charpente. Lorsque le tronc mesure plus d’un mètre, commencez à tailler votre olivier en donnant une forme à la charpente. Pour cela laissez partir quelques branches sur la tête de l’olivier et coupez le rameau central afin de former un gobelet. Fichez-lui la paix deux ou trois ans et pratiquez ensuite une taille de fructification. Pour bien former votre olivier dès le départ il convient donc de pratiquer « la taille en gobelet » dès sa troisième ou quatrième année.

La taille en gobelet ou "taille du midi de la France" est la meilleur manière de tailler un olivier : C'est la seule taille qui permet une bonne aération en évitant la propagation des maladies. Cette façon de tailler  un olivier est aussi celle qui permet une meilleure fructification, car les  pollens sont légers, se dispersent bien sur les fleurs, la fécondation des fleurs est améliorée et vous aurez plus de chance de voir de jolies olives.

Cette taille peut être pratiquer pour la première fois lorsque l'arbre est âgé de 4 ans, mais également à n'importe quel âge supérieur si cela n'a jamais été fait.


ETAPES DE LA TAILLE DE L'OLIVIER


1 - Taille de Formation du Tronc
 : Supprimez les rejets au pied, les rameaux le long du tronc de l'olivier et les branches tombants vers le sol. 

2 -Taille de Formation de la Charpente ou Taille en gobelet
 : Coupez le rameau central en laissant 4 à 5 branches.

 

TAILLE DE FRUCTIFICATION

        Si vous désirez  favoriser la fructification  de votre olivier, pratiquez le même type de taille (taille en gobelet) .

En supprimant tous les ans les rejets et les rameaux ayant poussé sur le tronc ainsi que les branches qui tombent vers le sol. MAIS ATTENTION, nous avons vu que ce sont les courants d’air qui transportent le pollen de fleur en fleur, il convient donc de ne pas pratiquer de taille sévère, mais des tailles douces car plus vous tailler l'olivier, plus vous supprimez des fleurs, moins il se pollinisera et donc moins vous aurez d'olives. Une fois la charpente formée, il est conseillé de procéder à la taille de votre olivier seulement TOUS LES  DEUX ou TROIS ANS afin qu’il ait toujours une floraison abondante car l’olivier ne fleuri que sur les bois de 2 ans. La taille de fructification consiste donc à éliminer les rameaux ayant porté des fruits tout en conservant de jeunes pousses qui fructifieront l’année suivante. Il convient également de pratiquer la taille afin de limiter le développement de votre olivier en hauteur et en largeur car plus les branches sont proches du tronc, meilleures est la récolte. Au fil des ans, il convient donc de tailler le bout des branches et de laisser repartir des rameaux situés à l’intérieur.

 

TAILLE DE REGENERATION OU RECEPAGE

        Cette taille doit être pratiquée pour régénérer un arbre dont le tronc risque de rompre, ou dont la charpente et le tronc aurait gelé. Elle doit se pratiquer  sur les conseils d’un spécialiste et consiste à éliminer l’arbre à la base en laissant repousser un ou plusieurs rejet.
Grâce à cette taille 5 Millions d’oliviers furent sauvés après le gel du 2 Février 1956 au cours duquel les températures descendirent jusqu’à moins 15 degrés avec des pics de moins 20 pendant plus de 2O jours et durant lequel 1 millions d’oliviers périrent dans le Sud de la France.


CYCLE : de 0 à 7 ans : la plante est improductive, de 7 à 30 ans environ : période de croissance avec augmentation continue de la production (début de la productions par les pratiques culturales modernes : 5 à 10 ans, par les méthodes traditionnelles :15 à 20 ans), de 35 à 150 ans : période de maturité et de pleine production, après 150 ans : début du vieillissement.


 UTILISATION : Les olives, fruits de l’olivier donnent une huilz appréciée dans le monde entier pour ses qualités gustatives et diététiques. Elle possède aussi de nombreuses vertus médicinales. Ses fruits peuvent être consommés verts ou mûrs après désamérisation. On fabrique aussi des produits dérivés comme la Tapenade ou le Savon de Marseille.

Le bois de l’olivier est apprécié pour ses veines qui donnent une particularité esthétique à certains objets de décoration. Sa solidité et sa résistance à la chaleur sont reconnues par de nombreux sculpteurs et industriels, c’est ainsi que de nombreux ustensiles de cuisine sont fabriqués en bois d’olivier.

 

 

Par ces quelques informations qui peuvent sans nul doute être encore complétées, nous avons modestement voulu, mieux faire connaître cet arbre que l’on croise de plus en plus dans nos jardins et vous en permettre une culture aisée.

 

 

 

Partager cette page
Repost0